Livre d or

Livre d’or

Toute notre gratitude aux initiatives qui ont soutenu l’œuvre dès sa première édition ; disons-le, elle a bénéficié d’une attention particulière et active qui est à l’honneur de son lectorat ; il serait ingrat de ne pas évoquer l’implication d

Partager sur :

…j'ai vraiment apprécié ton livre. Ton écrit est fluide ce qui rend la lecture facile, et le sujet est bien évidemment intéressant même/surtout pour des occidentaux qui ne connaissent pas ce quotidien.

Bon je me suis dit que je n'étais pas objective vu que je te connais, alors je l'ai fait lire à ma mère (qui pourtant est loin d'être intéressée par l'Afrique et n'est pas une grande lectrice); elle a adoré, elle a plongé dedans, sortait la tête de temps en temps lorsque ça devenait trop dur pour elle, pour replonger aussi vite et le finir presque plus vite que moi !

Aurore D.

J'ai commencé hier à lire Journal d'une bonne. Je n'ai pas pu le fermer tant que je n'avais pas fini de le lire. Ce livre m'a bouleversé!! j'ai beaucoup aimé la manière dont Dissirama l'a écrit car cela nous rend tellement proche d'Adjo... Il fait vraiment réfléchir sur ce qu'on a vu en Afrique et que l'on n’a pas toujours compris avec notre regard d'européen. Merci.
Aurélie G

Moi j’ai commencé à lire ton livre à partir de 21heures environ et je ne pouvais m’arrêter. J’ai continué à le lire jusqu’au petit matin et j’ai tout lu. Je voudrais bien être le protecteur d’Agathe car j’ai ma propre enfant de 13 ans aussi.

Vous avez l’art de l’écriture, et donc je recommanderais votre livre à tout le monde qui croit en l’humanité…

Sincèrement,

Tino A.

L'auteur du Journal d'une bonne, petit roman bien écrit, a du talent … Il sait émouvoir avec des faits biens connus des lecteurs de faits divers.
Anne-Marie S. - ACADÉMIE DES SCIENCES D'OUTRE-MER

… Je suis tombé sur votre roman. Après avoir lu la préface et l’incipit, je me suis rendu compte que votre livre est un miroir de la réalité qui se promène sur l’ensemble du territoire africain. Le travail domestique est vraiment une peste qui ravage le continent. Mon pays, le Rwanda, n’est pas épargné.
Jean-Claude N., étudiant au KIE(Kigali Institute of Education, Faculte des Lettres et Sciences Humaines, 4eme annee(Rwanda).

Journal d’une bonne est un roman très récemment publié … Le roman nous a particulièrement plu par la façon extraordinaire dont il traite le sujet du trafic et d’abus d’enfants. Ensuite, nous croyons qu’une telle œuvre qui a reçu un prix Franco-Togolais mérite l’attention des critiques.
OLIVIA A. UNIVERSITÉ DE CAPE COAST (Ghana)

Journal d’une bonne est un cri du cœur qui fait frémir et qui nous invite à nous sentir responsables de la nouvelle forme d’esclavage dont sont victimes les enfants qu’on appelle pudiquement « les domestiques d’Afrique ».
Guy Kokou M. Enseignant(U. L.) Critique littéraire Togo

Le journal d'une bonne est sa première œuvre où l'auteur rentre avec fracas dans le cercle des écrivains de la littérature négro-africaine d'expression française. Ce jeune écrivain… de par sa plume, se veut un écrivain engagé.
NALIALI Benjamin Écrivain Juriste (Côte d'Ivoire)

C’est à travers un foisonnement social, un jeu de personnages que Boutora-Takpa traite son thème. Comme tout romancier, il agit en enquêteur, en observateur. … Il consigne les individus et les faits pour les transposer dans l’univers imaginaire
. Kossi K.

1308 lectures -

Vous devez ouvrir un compte et vous connecter avant de commenter cet article

...autres articles de la même rubrique...

Livre d’or